Qui sommes-nous ?

Au début des années 70, 22 enfants Montagnards issus du diocèse de Kontum, et à la demande Mgr Seitz, sont accueillis en France. En 1975, le Vietnam se ferme et ils ne peuvent plus retourner au pays. Depuis, la plupart de ces Montagnards se sont établis en France. Plusieurs d’entre eux au travers d’initiatives personnelles ou d’associations ont cherché depuis à aider leur famille et leur groupe ethnique. Certains d’entre eux constituent dès les années 1980, ce qui deviendra l’AMV. Les initiatives de l’époque vont beaucoup se diversifier entre l’agriculture, la santé et l’éducation et se heurtent aux difficultés administratives et logistiques alors en vigueur au Vietnam.

En septembre 2007, à la faveur de l’ouverture continuelle du pays et à l’issue de nombreuses années d’initiatives individuelles et familiales, des amis et des montagnards se réunissent pour refonder l’AMV et la tournent résolument vers le développement des minorités ethniques, pour l’essentiel dans la province de Kontum au Vietnam.

Ainsi se crée ce renouveau associatif de l’AMV autour de personnes s’étant rendus au Vietnam Anne (Het) et François-Régis (Runh), Marie-Cécile (Ren) et Jean-Marc Pesnel, Edouard et Françoise Chesnot ou étant basés sur place : François-Xavier Ngip Ran avec Tanh.

Le 24 novembre 2007, l’association AMV est publiée au JO.

Les membres fondateurs en sont : Marie-Cecile PESNEL, Anne Het NGIP RUNH, François-Régis NGIP-RUNH, d’origine Montagnarde du Vietnam, et Françoise CHESNOT, Edouard CHESNOT et Jean-Marc PESNEL.

Le conseil d’administration est aujourd’hui constitué de : Jean Marc PESNEL, Président, Jean REMY, Trésorier, Joseph RUL, secrétaire général, Marie Cécile PESNEL, membre, Anne Het NGIP-RUNH, membre, Régis NGIP-RUNH, membre, Edouard LAGOURGUE, membre.

François-Xavier NGIP-RAN, aidé de son épouse Thanh, résidant à Kontum, au Vietnam, a coordonné les projets sur le terrain jusqu'à son décès en été 2014. C'est une ancienne directrice de maternelle, Thach, de la tribu des Bahnar et habitant Kontum Konâm, qui a pris la relève pour superviser les projets sur place.